En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

J'accepte

Livraison gratuite en France sans minimum d'achat !

Pourquoi le CBD est-il prisé par les sports de combat ?

Pourquoi le CBD est-il prisé par les sports de combat ?

Le CBD, cannabidiol, est un phytocannabinoïde produit naturellement par la plante de cannabis. C’est l’un de ses principes actifs, non intoxicant et très réputé pour ses vertus potentielles dans le domaine de la cosmétique et du bien-être. Son efficacité continue d’être démontrée par des études scientifiques, sa sécurité d’usage est mise en avant et ses bienfaits ne cessent de nous étonner. Mais alors que les combattants sont toujours à la recherche de produits adaptés à leur rythme de vie, leur permettant d’améliorer aussi bien leur performance que leur récupération, tout en respectant les législations anti-dopantes, le CBD semble apparaître comme le candidat idéal. Quelles sont ses vertus thérapeutiques tant prisées par ces sportifs ? Comment utiliser le CBD dans le cadre des sports de combat ? Et enfin quelle est sa situation vis à vis des législations en vigueur sur les produits dopants ?  

Le CBD, l'arme idéale des sports de combat

Des propriétés anti-inflammatoires

Le potentiel anti-inflammatoire du CBD est remarquable. Il s’agit de l’une de ses indications qui est maintenant reconnue scientifiquement en France. Il peut aussi bien assurer un soulagement local que général. Son effet anti-inflammatoire s’explique par un mécanisme indirect sur le système endocannabinoïde. En effet, bien que le CBD n'interagisse pas directement avec les récepteurs endocannabinoïdes, il a une action sur les FAAH (Hydrolase des Amides d’Acides Gras), enzymes de dégradation des endocannabinoïdes et plus particulièrement de l’anandamide, un neurotransmetteur impliqué dans la régulation de l’inflammation et synthétisé à la demande par les récepteurs endocannabinoïdes CB1 et CB2. C’est l’activation du récepteur CB2 qui permet la modulation de la réponse inflammatoire. Certains de ces récepteurs sont présents au niveau de la membrane synoviale des articulations, localisation particulièrement sujette à l’inflammation chez les combattants. Ainsi, un apport en CBD va permettre d’inhiber la concentration en FAAH et donc d’augmenter les concentrations en anandamide ainsi que leur effet de régulation de la réaction inflammatoire.

Une étude, publiée en 2020, a testé l’efficacité du CBD sur 10 adultes sains en leur administrant 30mg/jour par voie orale. Les résultats étaient très positifs; 90 minutes après la prise, les chercheurs ont pu observer une nette diminution des TNF, un des marqueurs sanguins de l’inflammation. Il s’agit d’une étude, dite de type RCT, c’est à dire contrôlée par placebo et en double aveugle. C’est un des niveaux de preuve les plus élevés dans les études cliniques. La prochaine étape sera de la reconduire sur un échantillon plus important. 

Favorise le sommeil et donc la récupération musculaire

Après des efforts intenses et des combats pouvant être violents, le corps et l’esprit ont besoin de lâcher prise pour récupérer et maintenir un niveau de performance dans la durée. Le CBD permet d’assurer un sommeil réparateur et de qualité. En effet, il favorise un endormissement rapide, sans engourdissement au réveil et sans affecter les cycles du sommeil. 

L’autre phénomène récurrent chez les combattants concerne les muscles et plus particulièrement les contractures après les efforts intenses. Là encore, le CBD s’avère être un allié de taille dans la récupération. En effet, grâce à une double action myorelaxante et antispasmodique, les fibres musculaires vont être mises au repos et les courbatures seront limitées. 

Aide à réduire le stress et la douleur

Le stress est chose courante chez les sportifs de haut niveau et particulièrement lorsqu’ils sont constamment en compétition comme dans les sports de combat. Le CBD, qui serait un anxiolytique efficace et présentant beaucoup moins d’effets secondaires que les traitements classiques souvent prescrits, comme les benzodiazépines par exemple.

Sachant que les coups et blessures sont choses courantes, les antalgiques font partie de la panoplie du combattant. Grâce à son effet myorelaxant et anti-inflammatoire comme décrit précédemment, le CBD permet de soulager les douleurs liées à des entraînements intenses ou à des combats violents. Il offre une alternative plus adaptée par rapport à des antalgiques à base d’opiacés. En effet, bien qu'efficaces sur la douleur, ils présentent de lourds effets indésirables. Dans un milieu où la performance prime souvent la santé, il est fréquent de tomber rapidement dans l’addiction de ces antalgiques. Ce phénomène est tristement répandu dans le monde du sport comme a pu en témoigner par exemple Mark Kerr, ancien champion de lutte. 

Comment utiliser le CBD dans le cadre des sports de combat ?

Huiles de CBD

Il existe différentes façons de consommer le CBD. Il peut être pris par voie orale, sous forme de gouttes ou de gélules d’huile de CBD à avaler, avec ou sans nourriture. Il va alors être digéré et métabolisé par le foie avant de passer dans la circulation sanguine et interagir avec le système endocannabinoïde. Ce mode d'administration, permettant d’assurer un effet prolongé sur plusieurs heures, est particulièrement adapté pour améliorer la qualité du sommeil ou soulager le stress. Par contre, il présente un risque d'interactions avec d’autres substances métabolisées elles aussi par le foie. Il est donc essentiel d’informer le corps médical de cette prise.

L’huile de CBD peut également être prise sous forme sublinguale. Des gouttes sont alors déposées et conservées sous la langue quelques minutes afin qu’elles passent directement dans la circulation sanguine par les veines et les muqueuses, sans avoir à attendre la digestion. Ainsi, l’effet se fait ressentir au bout de quelques minutes mais ne dure généralement pas plus d’une heure. 

Baumes et huiles de massage

L’application locale à l’aide de baume ou d’huile de massage au CBD est particulièrement adaptée pour les combattants. Elle permet une efficacité ciblée sur les zones à soulager. En contournant la voie sublinguale ou orale, le CBD ne passe pas dans la circulation sanguine. Cela permet de limiter le risque d’interactions médicamenteuses ainsi que d'obtenir un soulagement rapide. En alliant son application à des massages thérapeutiques, il est mieux absorbé par les tissus et les muscles et va ainsi pouvoir assurer une myorelaxation en profondeur. Ce mode d'administration est particulièrement adapté pour soulager l'inflammation et les douleurs locales. 

Le CBD est-il un produit considéré comme dopant ?

L’amalgame entre CBD et cannabis a été fait pendant de nombreuses années et la différence avec le THC n’était pas claire. Les combattants se doivent d’avoir une hygiène de vie irréprochable afin d’assurer les performances attendues. De peur que les sportifs consomment cette plante de façon récréative, le CBD avait été interdit par les institutions légiférant les compétitions. Bien qu’il soit psychoactif car il a un effet sur la psyché, et c’est pourquoi il présente une action anxiolytique, il n’est pas intoxicant. En d'autres termes, cela signifie qu’il ne fait pas “planer” à l’instar du THC. C’est grâce à cette distinction qu’il est aujourd’hui autorisé dans la plupart des tournois sportifs. Le 1er janvier 2018, L’AMA (Agence Mondiale d’Antidopage)  a enfin retiré le CBD de la liste des substances interdites : “Tous les cannabinoïdes naturels et synthétiques sont interdits, à l'exception du cannabidiol (CBD). Le cannabis, le haschisch et la marijuana sont interdits. Les produits contenant des cannabinoïdes, y compris les aliments et les boissons, sont également interdits. Tous les cannabinoïdes synthétiques imitant les effets du THC sont interdits” 

En conclusion, le CBD fait partie intégrante de la routine de beaucoup de combattants aujourd’hui. Ses actions anti-inflammatoire, myorelaxante, somnifère, anxiolytique et antalgique en fait un allié de taille pour aider à supporter les traumatismes liés aux pratiques sportives particulièrement violentes. Son potentiel neuroprotecteur, encore testé dans différents essais cliniques, est déjà reconnu par le gouvernement américain comme en atteste ce brevet déposé en 1998 et accordé en 2003 par le US Department of Health and Human Services. Cette application s’avère indispensable à leur pratique. En effet, les commotions cérébrales et traumatismes crâniens sont choses courantes et les conséquences sur la santé sont de plus en plus documentées. 

Enfin, il n’y a pas que le CBD qui présente des vertus utiles aux combattants. Le myrcène, un des terpènes présent dans la plante de cannabis ainsi que les cannflavine A et B, flavonoïdes aussi présents dans la plante, auraient une action anti-inflammatoire remarquable. Cependant, il est important de se renseigner sur la composition exacte du produit car nous le rappelons, l’AMA précise dans ses textes que “Le CDB n'est pas interdit; cependant, les athlètes doivent savoir que certaines huiles et teintures de CBD extraites de plantes de cannabis peuvent également contenir du THC et des autres cannabinoïdes, ce qui pourrait donner un résultat positif aux  cannabinoïdes lors d’un test antidopage.”